Je suis très attachée à ce roman. C’est peut-être un poème. Il me reste de lui l’image de l’île qui se rattache à la terre à marée basse, le vent dans les cheveux et un sentiment d’amour très doux. Le goût du sel sur les lèvres aussi.

Se procurer « L’Île Berceau »