J’ai écrit « Angie » pour parler d’amour et de quelque chose qui ressemble au pardon. Sylvain, le héros, n’entend pas. Je voulais aussi explorer ce silence de l’enfance. Cette forme de repli vital. Angie, sa presque mère, chante. Du silence au blues, il fallait une histoire. La passion, les élans, les coups de couteau se sont imbriqués l’un dans l’autre dans un souffle.

Se procurer « Angie »